RICMA

Description

Aujourd’hui, environ 795 millions de personnes sont sous-alimentées dans le monde, soit une diminution de 167 millions de personnes sur ces dix dernières années et  216 millions de personnes de moins qu’en 1990-1992 (FAO, 2015). Selon cette même organisation, la croissance économique joue un rôle déterminant dans la lutte contre la sous-alimentation, mais elle doit être sans exclusion et offrir la possibilité d’améliorer les moyens d’existence des populations pauvres. Pour progresser dans ce domaine, il est essentiel d’améliorer la productivité et d’accroître les revenus des petites exploitations familiales qui assurent près de 85 % de la production agricole mondiale. C’est donc à juste titre que l’Organisation des Nations Unies (ONU) a déclaré 2014, l’Année internationale de l’Agriculture familiale (AIAF). C’est dire toute la place de prédilection qu’occupe l’agriculture familiale dans les préoccupations de la communauté internationale. Elle englobe toutes les activités agricoles reposant sur la famille, en relation avec de nombreux aspects du développement rural. L’agriculture familiale permet d’organiser la production agricole, forestière, halieutique, pastorale ou aquacole qui, sous la gestion d’une famille, repose essentiellement sur de la main-d’œuvre familiale, aussi bien les hommes que les femmes. En Afrique au Sud du Sahara, elle demeure l’activité de base qui mobilise la grande partie de la main d’œuvre rurale et de la force de production. Par exemple, au Bénin, l’Agriculture de type essentiellement familial est dominatrice et emploie 70 % de la population active soit 2,989 millions de personnes. Elle est caractérisée par la polyculture et souvent associée au petit élevage (volailles, petits ruminants, porcins, etc). La superficie moyenne des exploitations est estimée à 1,7 hectare dans le sud et 10 Ha dans la région Nord. 34 % des exploitations couvrent moins d’un (1) hectare. Malgré la petitesse de ces exploitations, le secteur agricole représente 75 % des recettes d’exportation de produits locaux et participe à hauteur de 36 % au Produit Intérieur Brut (AGVSA).

La reconnaissance et la prise en compte de la démarcation liée au genre dans le domaine de la production agricole et du développement économique ont fait l’objet d’une attention constante depuis qu’en 1970, l’économiste Ester Boserup a écrit « Women’srole in economicdevelopment  ». Depuis lors, les politiques et stratégies d’inclusion des femmes ont connu de remarquables évolutions. L’instauration d’un environnement politique et juridique adéquats s’avère nécessaire.

Il est facile de déduire de ces états des lieux que l’agriculture au niveau  du pays n’a pas une situation très reluisante alors qu’elle reste le secteur dont dépend prioritairement la survie des hommes et des femmes. « Relever ce défi », c’est le pari que s’est lancé la              Fédération des Unions de Producteurs Agricoles (FUPRO-BENIN) à travers la célébration au Bénin des manifestations de l’année internationale pour l’agriculture familiale d’Août à Octobre 2014. Ces manifestations autour du thème « l’agriculteur porteur d’enjeux et d’espoirs pour l’agriculture familiale» ont permis entre autres de recentrer l’agriculteur dans le débat agricole. Aujourd’hui, il est convenu par tous les acteurs, qu’il faille que le Bénin se dote enfin, de sa loi d’orientation agricole (LOA). C’est à ce titre que depuis les manifestations marquant l’AIAF, la FUPRO-BENIN a enclenché une série d’actions visant à impliquer, les acteurs potentiels de développement et capables d’accompagner les agriculteurs dans ce processus. Au titre des actions menées dans ce sens, on peut citer,

–              L’organisation des ateliers de partage et de responsabilisation de certains acteurs notamment la FUPRO, porteur de l’élaboration du mémorandum paysan ;

–              La mobilisation des partenaires pour la mutualisation de leur appui technique et financier

–              L’entame d’un plaidoyer  auprès de l’Etat à travers la Direction de la Législation Rurale et des Organisations Professionnelles Agricoles.

Il est à noter aussi que, les apprenants des centres de formation agricole de notre pays ; futurs encadreurs du monde paysan, n’ont pas toujours la perception réelle du rôle de l’agriculture familiale dans le tissu politico-économique de notre pays. L’image qu’ils ont et  véhiculent, est celle de l’agriculture qui freine le développement économique de nos pays, celle de l’agriculture non productive et non compétitive, offrant des emplois précaires.

Par ailleurs, il a été remarqué une faible accessibilité de ces agriculteurs aux technologies et savoirs mis au point par la recherche et certains de leurs pairs pour la levée de bon nombre de contraintes agricoles.

Au regard de tout ce qui précède, la FUPRO-BENIN, a jugé capital d’organiser annuellement des             manifestations permettant de mettre en valeur l’agriculture familiale et ses acteurs au Bénin et dans le monde. Les activités seront centrées sur la diffusion des productions audio-visuelles sur l’agriculture familiale  à l’endroit du grand public et autres valorisant l’agriculture familiale.

Cette activité est dénommée  « Rencontres Internationales de Courts Métrages pour l’Agriculture » (RICMA). Les manifestations se dérouleront sur l’ensemble du territoire national  conformément à l’agenda. La première édition prévue du 08 au 11 décembre 2015 sera officiellement lancée à Bohicon autour du thème «  L’AGRICULTURE FAMILIALE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT DANS LES COMMUNAUTES LOCALES ».

Project Details

  • Project Name : GALLERIE RICMA
  • Date : 2016-02-05
  • Category : ricma
Preview

À propos de FUPRO-BENIN

Site web officiel de la Fédération des Unions des Producteurs du Bénin. Toutes les informations sont données par le Bureau de la FUPRO-BENIN sous réserve d'erreurs typographiques et susceptibles de modifications sans préavis.