Atelier de réflexion sur l’harmonisation des prix minima de vente des semences de maïs, riz et soja au Bénin : la FNPS vers un mécanisme de régulation du système semencier béninois.

C’est dans  la salle de conférence de l’hôtel JECO que s’est tenu l’atelier de réflexion sur l’harmonisation des prix minima de vente des semences de maïs, riz et soja  au Bénin les 13 et 14 juillet 2020 à Dassa-Zoumè.

La Fédération Nationale des Producteurs de Semences du Bénin (FNPS-B) dans son rôle de faîtière OP œuvrant au côté de l’Etat  pour le développement du sous-secteur semencier se trouve confrontée à des contraintes limitant l’essor des entreprises semencières notamment la disparité des prix de vente des semences alimentée par les subventions des différents projets programmes et la non compétitivité des prix actuels de cession des semences dans la sous-région.

C’est donc à l’occasion de cette rencontre que l’opportunité a été donnée aux acteurs stratégiques que sont les Agences Territoriales de Développement Agricole (ATDA), les Directions Départementales de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche (DDAEP), la Direction de la Production Végétale (DPV), la PNOPPA, les semenciers, et les consommateurs de semences d’analyser l’impact des mesures accompagnatrices du secteur semencier principalement la subvention sur le développement du secteur , de réaliser les comptes d’exploitation de production des semences de riz, maïs et soja , de proposer un prix de vente minimal de semences sur la base des comptes d’exploitations et enfin définir un plan de plaidoyer pour réglementer la vente de la semence.

Déroulée dans une approche participative riche en échanges constructifs et de partages d’expériences, cette rencontre a permis aux acteurs de statuer sur les prix minima de vente des semences. Les prix défini pour les spéculations sont : riz (300 /kg), soja (450/kg), et maïs (300 kg).  De même, un plan de plaidoyer a été adopté pour être mené à l’endroit des décideurs pour une meilleure réglementation des prix de vente des semences dans le pays en début de campagne agricole. A la convenance de tous, cet atelier a été sanctionné par une feuille de route et des recommandations pour la facilitation du plan de plaidoyer.

La FNPS a réaffirmé son engagement effectif dans la mise en œuvre efficace de ces différentes résolutions concourantes à la défense des intérêts des semenciers. Il n’est plus à démontrer que :

L’émergence d’un système de production agricole repose sur la compétitivité de la filière semence !

Quelques vues séquentielles de l’atelier